Information about Asia and the Pacific Asia y el Pacífico
Chapter

Pauvreté

Author(s):
International Monetary Fund
Published Date:
June 2000
Share
  • ShareShare
Information about Asia and the Pacific Asia y el Pacífico
Show Summary Details

Objectif: Réduire de moitié avant 2015 la proportion de la population vivant dans la pauvreté extrême

Dans le monde, un homme sur cinq vit avec moins d’un dollar par jour — et un sur sept souffre chroniquement de la faim

“La pauvreté est douloureuse comme une maladie: elle lèse l’individu non seulement matériellement mais aussi moralement. La perte progressive de la dignité fait bientôt place à un complet désespoir.

Dans beaucoup de pays en développement, les pauvres sont dans une position précaire, aux confins de l’économie formelle. Ils sont privés d’influence politique, n’ont pas accès à l’éducation, aux soins de santé, à un logement adéquat, à la sécurité personnelle, à un revenu régulier, et n’ont pas assez à manger.

Progrès dans certaines régions — retards et reculs dans d’autres

Proportion de personnes vivant avec moins d’un dollar par jour (%)

Dans le monde, le nombre et la proportion de personnes vivant dans la pauvreté extrême ont légèrement diminué jusqu’au milieu des années 90. Cette baisse concernait surtout l’Asie orientale, notamment la Chine. Mais à la fin des années 90, cette évolution s’est temporairement ralentie dans certains pays asiatiques, pour s’arrêter, et même parfois s’inverser dans d’autres. Dans le reste du monde, si la proportion de personnes vivant dans la pauvreté a diminué, l’accroissement démographique signifie que le nombre de pauvres a augmenté. Et dans les pays de l’ex-Union soviétique, la transition économique et sociale en cours a fait tripler la proportion de pauvres.

La Thaïlande infléchit sa trajectoire de développement

Entre 1988 et 1996, la croissance de l’économie, en Thaïlande, a été de 7 % par an et le pourcentage de pauvres a diminué de 22 % à 11 %. Mais la crise financière a fait remonter ce pourcentage à 13 % en 1998. La Thaïlande a donc été amenée à réorienter sa stratégie de développement pour réduire les inégalités, qui, en dépit de la croissance, demeure forte.

Le plan national de développement, qui fait maintenant une plus grande place aux facteurs humains, accroît les ressources consacrées aux régions du nord et du nord-est, plus pauvres que le reste de la Thaïlande. L’objectif est de ramener la pauvreté à moins de 10 % de la population en 2001. Une nouvelle caisse d’investissement social aide à créer des emplois et à financer les services sociaux destinés aux pauvres. Dans cette nouvelle stratégie, les réformes cherchent à obliger les autorités à rendre compte de leurs actions et à déléguer leurs pouvoirs aux conseils locaux, qui élisent leurs propres administrateurs et reçoivent une proportion plus grande des ressources publiques.

1,2 milliard de personnes vivent dans la misère

Personnes vivant avec moins d’un dollar par jour (millions), 1998

Les pauvres sont les plus nombreux en Asie du Sud, mais c’est en Afrique subsaharienne que la proportion de pauvres est la plus forte. La plupart vivent dans les zones rurales, mais la pauvreté urbaine s’accroît plus rapidement. Plus que les hommes, les femmes sont susceptibles d’être privées de leur droit à la terre et de l’accès à d’autres actifs. Elles ont également plus de mal à obtenir des crédits. Une fois âgées, elles n’ont pas d’emploi adéquat et vivent dans la précarité.

La malnutrition est un autre aspect de la pauvreté

Proportion d’enfants de moins de 5 ans d’un poids insuffisant (%)

À ce jour, on compte 150 millions d’enfants d’un poids insuffisant dans les pays en développement. Mais la proportion d’enfants mal nourris diminue partout, sauf en Afrique. L’insuffisance pondérale accroît le risque de décès et ralentit le développement mental et physique. Et les femmes sous-alimentées ont plus de chances de donner naissance à des nourrissons de poids insuffisant. Malgré des progrès, des efforts particuliers devront être déployés pour atteindre l’objectif du Sommet mondial de l’alimentation et réduire de moitié, d’ici à 2015, le nombre de personnes sous- alimentées.

Un objectif ambitieux, mais qui n’est pas hors d’atteinte

Population mondiale et nombre de personnes vivant dans la pauvreté extrême (milliards)

Il est possible de diviser par deux la proportion de pauvres avant 2015, si les pays suivent des politiques tendant à réduire les inégalités sociales et les disparités entre hommes et femmes et à créer pour les pauvres des possibilités de revenu. Mais ce but n’est qu’une première étape car près de 900 millions d’hommes continueront à vivre dans la misère. C’est pourquoi il est impératif d’intensifier la lutte contre la pauvreté.

    Other Resources Citing This Publication