Information about Asia and the Pacific Asia y el Pacífico
Chapter

Santé génésique

Author(s):
International Monetary Fund
Published Date:
June 2000
Share
  • ShareShare
Information about Asia and the Pacific Asia y el Pacífico
Show Summary Details

Objectif: Mettre à la disposition de tous ceux qui en ont besoin des services de santé en matière de reproduction d’ici à 2015

120 millions de couples qui souhaitent échelonner les naissances de leurs enfants ou ne plus avoir d’enfants n’utilisent pas la contraception

“Je ne veux pas ajouter au surpeuplement de ce monde, et je ne veux pas que ma vie s’appauvrisse.

Les services de santé en matière de reproduction fournissent aux hommes et aux femmes les connaissances dont ils ont besoin pour protéger leur santé et celle de leurs familles. Ces connaissances portent sur les méthodes de planification familiale, de prévention et de traitement des maladies sexuellement transmises, y compris le VIH/sida et la manière de décourager les pratiques qui sont nocives pour les femmes.

Le recours à la contraception est influencé par de nombreux facteurs, notamment la disponibilité d’informations concernant l’existence de services de santé peu onéreux et de bonne qualité ainsi que l’accès à ces services. Et parce que les relations entre les sexes influent sur la santé, il importe que les hommes assument davantage la responsabilité de leur comportement sexuel, qu’ils soient respectueux des droits et de la santé de leurs partenaires et qu’ils leur apportent leur soutien en la matière.

L’usage des contraceptifs se répand dans toutes les régions

Femmes mariées utilisant la contraception (%)

Sauf en Afrique, qui est très en retard sur ce plan, l’usage de la contraception s’est répandu dans toutes les régions du monde au cours des années 90. Êtant donné l’augmentation du nombre de personnes en âge de procréer vivant dans les pays pauvres, la difficulté sera pour ces pays de maintenir dans les 10 années à venir les résultats acquis, ce qui leur permettra de réduire plus rapidement la pauvreté.

La République islamique d’iran s’emploie à améliorer les services de santé en matière de reproduction

À la fin des années 80, le Gouvernement iranien s’est attaché plus activement à répondre aux besoins sociaux d’une population en accroissement rapide. En 1989, un programme national de planification de la famille a été intégré au vaste système de soins de santé primaires. Ce programme a permis d’améliorer l’accès à la contraception et d’accroître les possibilités de choix quant aux méthodes contraceptives. Comme suite à la Conférence internationale du Caire sur la population et le développement (1994), le programme a été élargi pour inclure d’autres éléments de la santé génésique. Entre 1989 et 1997, le taux d’utilisation de méthodes contraceptives est passé de 49 % à 73 %.

Les adolescents ont besoin d’information sur la santé en matière de reproduction et les services adaptés a la jeunesse

Naissances pour 1 000 femmes âgées de 15 à 19 ans, 1998

Plus de 14 millions d’adolescentes accouchent chaque année. Une forte proportion des grossesses ne sont pas désirées, et on estime à 4,4 millions par an le nombre d’avortements. Nombreux sont les adolescents qui courent gravement le risque de contracter des maladies sexuellement transmises, y compris le VIH/sida.

À la fin de 1999, 33,6 millions d’hommes, femmes et enfants étaient soit séropositifs soit atteints du sida, dont 95 % dans les pays en développement. Plus de 16 millions ont succombé à la pandémie, dont 13 millions en Afrique, laissant des familles brisées et anéantissant les perspectives de développe ment. Sans des programmes nationaux efficaces et sans une aide internationale massive, la pandémie continuera de se répandre dans les pays en développement, creusant encore davantage le fossé entre pays riches et pays pauvres.

    Other Resources Citing This Publication