Information about Sub-Saharan Africa África subsahariana
Chapter

Institut multilatéral d’Afrique Séminaire inaugural sur le thème: RENFORCEMENT DES CAPACITÉS, GOUVERNANCE ET RÉFORMES ÉCONOMIQUES EN AFRIQUE

Editor(s):
Michel Dessart, and Roland Ubogu
Published Date:
October 2001
Share
  • ShareShare
Information about Sub-Saharan Africa África subsahariana
Show Summary Details
Author(s)
Côte d’lvoire Abidjan, Michel A. Dessart and Roland E. Ubogu 

Institut multilatèral d’Afrique

Sèminaire inaugural sur le thème

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS, GOUVERNANCE ET RÉFORMES ÉCONOMIQUES EN AFRIQUE

Abidjan, Côte d’lvoire, 2-3 novembre 1999

Edité par

Michel A. Dessart

Directeur de I’IMA

Roland E. Ubogu

Chef Economiste de I’IMA

Fonds Monétaire International

Banque Africaine de Développement

Banque Mondiale

2001

©2001 International Monetary Fund

Production: IMF Graphics Section

Cover design: Lai Oy Louie

Typesetting: Choon Lee

Cataloging-in-Publication Data

Capacity building, governance, and economic reform in Africa: Abidjan, Côte d’lvoire, 2-3 November 1999 / edited by Michel A. Dessart and Roland E. Ubogu—Washington, D.C.: International Monetary Fund, 2001.

p. cm.

At head of title: Inaugural seminar on.

“Joint Africa Institute.”

Title on added t‥-p.: Renforcement des capacités, gouvernance et réformes économiques en Afrique.

English and French back-to-back.

ISBN 158906-072-5

1. Africa—Politics and government. 2. Financial institutions, International—Africa. 3. Training—Africa. 4. International Monetary Fund—Africa. 5. Africa—Economic policy. I. Dessart, Michel A. II. Ubogu, Roland E. III. International Monetary Fund. IV. Title: Renforcement des capacités, gouvernance et réformes économiques en Afrique.

JQ1875.C36 2001

Price: $19.00

Address orders to:

International Monetary Fund, Publication Services

700 19th Street, N.W., Washington, D.C. 20431, U.S.A.

Telephone: (202) 623-7430 Telefax: (202) 623-7201

E-mail: publications@imf.org

Internet: http://www.imf.org

INTRODUCTION

Michel A. Dessart

Au nom de la Banque africaine de développement (BAD), du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale, je suis heureux, en ma qualité de premier Directeur de l’Institut multilatéral d’Afrique (IMA), de présenter dans ce volume l’ensemble des travaux du Séminaire inaugural de l’Institut.

La création de l’IMA traduit le ferme engagement des trois institutions partenaires à coopérer étroitement pour satisfaire les besoins vitaux de formation des pays africains par le renforcement des capacités sur tout le continent. Pour ma part, je suis convaincu que les activités de l’Institut contribueront à promouvoir les capacités institutionnelles des gouvernements en vue d’améliorer la gestion de l’économie et de favoriser l’essor économique de l’Afrique.

Le thème retenu par l’Institut pour son Séminaire inaugural, “Renforcement des capacités, gouvernance et réformes économiques en Afrique”, est l’illustration de l’esprit du nouveau partenariat. Ce séminaire avait deux principaux objectifs. Il s’agissait tout d’abord de présenter l’Institut multilatéral d’Afrique à un large auditoire et d’obtenir un feedback immédiat sur sa mission et son programme. Ensuite, le séminaire visait à offrir aux représentants des institutions multilatérales, du secteur public et des milieux académiques africains, une tribune pour discuter des différentes approches de l’amélioration des systèmes de gouvernance, ainsi que des voies et moyens conduisant à des solutions idoines pour le renforcement des capacités orienté vers le développement économique du continent.

Le séminaire a réuni quelque 130 participants, au nombre desquels figuraient le Premier ministre de la Côte d’Ivoire, des gouverneurs de banques centrales, des ministres, des hauts responsables gouvernementaux, des professionnels des milieux académiques et des responsables d’institutions de formation régionales. La Banque africaine de développement, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale étaient représentés par le Président et les Vice-présidents, par des administrateurs et des chefs de département, par les directeurs et directeurs adjoints de leurs instituts de formation respectifs, ainsi que par d’autres professionnels (voir la liste des participants en annexe).

Le présent volume contient les allocutions et les exposés présentés au cours des cinq sessions du séminaire, ainsi que le résumé des commentaires faits par les participants à la fin de chaque session. Outre la session d’ouverture, au cours de laquelle les différents orateurs ont abordé le thème du séminaire, quatre panels séparés ont été constitués autour des sous-thèmes suivants: Evolution du rôle de VEtat, gouvernance et nouveaux besoins en capacités; Défi de la réalisation de la stabilité macroéconomique en Afrique; Besoins de renforcement des capacités en Afrique; et Rôle des institutions financières internationales (IFI) en matière de renforcement des capacités en Afrique.

La session d’ouverture a comporté quatre discours liminaires. Ceux-ci ont été prononcés par M. Omar Kabbaj, Président de la BAD, M. Michel Camdessus, Directeur général du FMI (sur support vidéo), M. Vinod Thomas, Directeur de l’Institut de la Banque mondiale (WBI)—au nom de M. Wolfensohn, Président de la Banque mondiale—et par M. Kablan Duncan, Premier ministre de la Côte d’Ivoire. Les orateurs ont salué la collaboration constante entre les trois institutions de parrainage de l’IMA. Ils ont mis en évidence les avantages appréciables que l’Afrique pouvait tirer des efforts que ces institutions déploient pour mettre directement à la disposition du continent leurs meilleures compétences en matière de formation. Ils ont présenté la création de l’IMA comme une “nouvelle étape de la promotion des possibilités de formation dans les domaines de l’économie et des finances en Afrique”.

La deuxième session, présidée par M. T. Thiam, Ministre de la planification et de la programmation du développement de la Côte d’Ivoire, a passé en revue l’Evolution du rôle de l’Etat, la gouvernance et les nouveaux besoins en capacités. Les orateurs, en l’occurrence M. T. Thiam (Côte d’Ivoire), M. H. Kifle (BAD), M. G. Abed (FMI) et M. V. Thomas (Banque mondiale), se sont penchés sur le rôle émergent de l’Etat. Ce rôle consiste à assurer la paix et la stabilité macroéconomique, la bonne gouvernance et la bonne gestion de l’économie, le renforcement de la démocratie et la création d’un cadre propice au développement du secteur privé.

La troisième session, présidée par M. G. Gondwe (FMI), a été consacrée au Défi de la réalisation de la stabilité macroéconomique en Afrique. Suite à la déclaration liminaire du Président, deux exposés ont été présentés, l’un par M. K. Botchwey, ancien Ministre des finances du Ghana et l’autre, par M. M. Touré, ancien Ministre des finances du Sénégal. Selon les deux orateurs, la réalisation de la stabilité macroéconomique demeure un objectif primordial pour de nombreux pays; cependant, les principaux enjeux de l’heure sont ceux de la promotion de la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption et, plus particulièrement, l’allègement de la pauvreté.

La quatrième session, qui a traité des Besoins de renforcement des capacités en Afrique, était présidée par le Gouverneur de la BCEAO, M. K. Banny. Le Président de séance a fait quelques observations liminaires. Après quoi, trois orateurs, en l’occurrence, Mme R. Nankabirwa, Ministre d’Etat de l’Ouganda, Mme J. Bonkoungou (Burkina Faso) et M. J. Sulemane (Mozambique), se sont accordés à reconnaître que des compétences de haut niveau et des institutions pleinement opérationnelles constituent un préalable à tout développement économique durable et que les pays africains et leurs institutions de formation doivent prendre une part active au processus de renforcement des capacités.

La cinquième session, présidée par M. O.B. Olsen, Ambassadeur du Danemark au Ghana, a traité du Rôle des institutions financières internationales (IFI) en matière de renforcement des capacités en Afrique. Après une brève introduction, le Président de séance a invité les panélistes à faire leurs exposés. Les différents rôles joués par la BAD, le FMI et la Banque mondiale en matière de renforcement des capacités, en particulier en Afrique, ont été mis en évidence par M. C. Enweze (BAD), M. S. Nsouli (FMI) et M. B. Levy (Banque mondiale), respectivement. Les participants ont encore souligné que la faiblesse des capacités constitue un obstacle majeur au développement.

Dans son allocution de clôture, M. Chanel Boucher, Vice-président de la Banque africaine de développement, a souligné quelques recommendations du Séminaire à l’intention de l’IMA: qu’il procure une formation de qualité à un nombre croissant d’Africains; que son programme de formation soit véritablement axé sur les besoins de l’Afrique; et qu’il développe sa spécificité parmi les institutions africaines de formation.

    Other Resources Citing This Publication